Nous voilà, tout frais revenus de l’été, la peau hâlée, le corps gorgé de vitamine D, heureux et épanouis (je te le souhaite)… Ton corps et ton mental se sont calmés, et tu sens l’énergie qui circule en toi. Et tu as bien envie de cela dure !

Je ne sais pas toi, mais moi sur le chemin du retour, j’étais en mode « Comment ne plus… ? » : dilapider mon énergie, me faire passer après tout le reste, me mettre toute seule dans des situations éprouvantes, exaspérantes, éreintantes ?

#1 Le temps du love

Lecture avec vue

Et là je repense au bouquin que je viens juste de terminer de Môsieur Cédric Lebigre, et je me rends compte que tout ce que je me formule est tout ou presque à la négative. Me revient un passage que j’adore :

« Essayez d’aller faire vos courses avec une liste de ce que vous ne devez pas acheter. ».

Pas facile hein. Et tu sais quoi, et bien ton cerveau ne comprend pas les formulations négatives.

Alors la question à se poser c’est : quel est le sujet en « vrai » ? En ce qui me concerne et pour avoir cheminé sur la question depuis quelques années, c’est : mettre plus de temps pour le self love, laisser des respirations dans mes semaines, continuer à me former sur les sujets qui me passionnent, mettre plus de discipline dans ma pratique personnelle, me servir au passage des cours de yoga que je donne et globalement prendre le temps de faire ce qui me fait vibrer. Parce que je sais que c’est un moteur formidable de réalisation et de sens, et que sans cela, je ne tient pas (bien) le reste, ou je m’abime en route. Enfin, ça c’est pour moi. Bon, grâce au retour d’expérience des personnes que je reçois au cabinet de Naturopathie, je sais que je suis loin d’être un cas isolé. Et encore moins depuis le début de cette crise sanitaire avec le télétravail en masse où beaucoup se sont mis en « mode zombie », à manger derrière l’écran et à ne plus oser sortir de chez soi pour faire une pause.

Mais quelle que soit TON sujet et TA recette de l’Ikigai (lire aussi « Trouve ton envie d’avoir envie (ikigai) »), dans cette notion de prendre son temps à la rentrée, il y a aussi cette idée d’auto-discipline et de plus love pour soi-même.

De prendre SON temps. DU temps pour soi.

 

#2 Le temps du temps

Mon bureau nomade

Tu le sais peut-être, je suis ce qu’on appelle une « slasheuse » (je suis profession libérale avec trois métiers dont la naturopathie et le yoga mais aussi le web) et cela peut vite bien m’occuper. Avec ce mode de vie, il y a beaucoup de « plus » et aussi quelques « moins ». Et dans « les moins » de « vis ma vie d’entrepreneuse », il y a que le boulot vous suit un peu partout. Je t’en disais plus ici : « Indépendance, mon amour ! Retour sur ma vie de slasheuse. »

J’ai eu la chance cet été de vivre des moments de pure déconnexion. Bureau nomade certes, mais avec peu ou pas de réseau. Notamment sur la fin de l’été, sans écran dans le chalet, sans wifi, ni même de réseau mobile. Le méga kiff.

Cela fait un bien fou, c’est extrêmement ressourçant, et surtout, on se rend compte de tout ce temps cadeau pour les petits rien qui font tout. Je suis prof de yoga et déjà adepte du « moment présent », je connais bien ces moments méditatifs et de retour à soi, mais la situation amplifie le phénomène et on a la sensation d’avoir plus de temps pour contempler : le soleil sur les cheveux du petit, le bruit du vent dans les feuillages, le rythme de sa respiration pleine et présente, la tisane prise en admirant le paysage… H24. Bon ok j’exagère un peu 😉. Mais ce qui est d’autant plus précieux c’est que c’est du temps assez intime.

Note pour plus tard : prêter attention au temps des événements dilate systématiquement le temps perçu. Tu me vois venir un peu je sais avec mes grosses sneakers mais… Le temps du SOI, est fait de petits riens. Et d’un peu pratique.

Pour la rentrée : prendre le temps du temps ! On fait comment concrètement ?

Ce n’est pas un temps où on se pause avec un magazine ou un bouquin avec Netflix en toile de fond. Non. C’est un temps plus intime de contemplation, de présence à soi, de pas grand chose. C’est un temps loin de la sur stimulation de ton mental et de ton corps. C’est 5 minutes les yeux fermés sur un banc au soleil, c’est 10 minutes de marche en nature à humer l’odeur de la nature, c’est 5 minutes assis sur une chaise une main sur le ventre et l’autre sur la poitrine à ressentir le rythme de sa respiration, c’est une pause tisane en regardant le paysage, c’est sentir la bonne odeur de la pluie ou du cou de son petit dernier, c’est regarder la lumière dans la jolie fourrure de son chat (voir y plonger son nez)… Ce n’est pas forcément une méditation même si cela peut l’être, c’est un temps, un moment nécessaire et salvateur de présence.

Posologie : tous les jours au moins deux-trois fois par jour. Et crois-moi cela change tout.

Et en ce qui me concerne, je suis trèèèès tentée par un stage de silence. A suivre, je te raconterai.

#3 Le temps du kiff

Tes journées filent à 1 000 à l’heure, faites de contraintes et d’adaptations plus de que de plaisir ? Je viens de passer un hiver empreint de cela et crois-moi, je n’ai pas bien fini la saison, faut dire que cette année était particulière. La vie est faite d’expériences. Si cela n’a pas fonctionné (ou si cela plusieurs années que cela ne fonctionne pas), il faudrait être un peu fou-fou pour recommencer non ? La question que tu peux te poser est : « Qu’est-ce que je peux mettre en route pour faire autrement ? »

  1. Pas toujours si simple de s’en rendre compte. Charlotte t’en parlait ici : « Sortir de l’épuisement : mon expérience ».
  2. Pas toujours facile de l’admettre, ton ego et ton mental te racontent des histoires. Et même parfois, cela t’a permis de survivre jusque là.
  3. Utile toutefois, car sans les « moins » de la vie, on ne saurait pas apprécier « les plus » à leur juste valeur. Les opposés se répondent.
  4. Un peu de discipline, TAPAS en Sanskrit au yoga ! Ton alliée pour mettre de l’équilibre.

Le secret ? Des temps de kiff comme ça, posés dans l’agenda (et rien ne pourra les annuler). Ce sont des moments où on fait des choses qui nous font du bien, celles que tu veux, utiles ou non. Parfois on se réalise aussi dans des temps de travail / d’assimilation. Cela peut donc être productif, ou non. Comme Charlotte avec la cuisine végétale. Comme moi avec les formations que je suis… Comme les temps de pratique personnelle pour moi ou les temps à mettre les mains dans la terre au jardin pour Charlotte. Ces temps sont nécessaires et salvateurs eux aussi. Ils sont le ciment de tout l’édifice parce qu’ils remettent du sens dans nos journées quand elles en manquent un peu.

Et c’est aussi une seule chose à la fois ! Posé(e), en étant pleinement présent à ce que tu fais. La perception du temps est intimement liée à la conscience de soi. Souviens-toi, quand tu prêtes attention au temps, il se dilate. Et le temps pour SOI, c’est un moment précieux. C’est drôlement mieux que de manger sa fatigue ou de tomber en « bore out », non ? Tu peux lire aussi : « 10 conseils naturo pour dire stop au brown-out ».

Posologie : deux moments par semaine de pur kiff, comme ça juste pour soi. Tu commences quand ?

#4 Le temps du plus

Un autre angle de vue

Changer son rapport au temps, c’est envisager les possibles sous un autre angle, c’est considérer que tout commence par SOI, pour finalement être plus disponibles aux autres, et c’est plus de :

  • Sommeil réparateur et bienfaiteur.
    Tu dormais plus en vacances ? Garde le cap ! Les heures avant minuit comptent double.
    On est plus reposés, dispos, frais. On se lève plus tôt. On gagne du temps dans nos journées.
    Je t’en parlais là : « Les superpouvoirs du lève-tôt ! »
  • Mouvement !
    Tu as passé l’été à bouger, randonner, nager ? Le muscle est le contre poids du nerf.
    La seule activité physique qui est valable est celle que tu aimes faire. L’activité physique est bonne pour le corps et pour la tête. Une petite marche de 20 min apporte plus d’énergie qu’une collation sucrée. On finit par gagner du temps.
    On t’avait préparé un billet sur la course à pied ici : « 10 conseils de pro pour se (re)mettre à la course à pied »
  • D’organisation
    Organiser son temps, peser ce qui vital, de ce qui est superflu (rationnellement mais aussi émotionnellement), se fixer des priorités (et pas 100 000 en même temps). On fait un peu de ménage dans notre to do et cela donne une superbanane.
    Charlotte t’en parlait ici : « Prendre la mesure de sa vie »
  • Temps sans écrans
    Il y a même un compteur sur ton mobile qui te dira combien de temps tu y passes par jour. Va y faire un tour, tu risques d’être surpris. Aussi bizarre que cela puisse être, je passe moins de temps sur mon mobile depuis que j’ai une montre connectée. Statistiques à l’appui. Elle me permet de filtrer l’important, les appels et les SMS, sans ouvrir le mobile. Je ne sais si vous avez remarqué qu’à chaque fois qu’on allume cette petite chose, on fait bien plus que de consulter le message que l’on vient de recevoir.

Chacun trouvera sa vérité et sa méthode.

Alors, tu vas mettre plus de temps long et pour toi dans ta vie ?

Découvre nos prochaines dates
superbanane yoga naturopathie cuisine végétale Andréa Budillon

LA SUPERBANANE DANS TA BOITE EMAIL !

Tout est dans le nom ! Notre kiff à Superbanane, c’est de te coller la banane (un jour on fera de la politique et on sera superbonnes en slogans). On sait que ta vie va globalement trop vite alors welcome on board, l’important c’est de PROFITER DU VOYAGE.

Si tu t’abonnes à notre newsletter, c’est ce que tu trouveras une fois pas mois (en gros) dans ta boite email. Et puis, on te donnera les dates des cours et des ateliers où tu pourras nous retrouver IRL (truc de dingue) ou en visio.

 

 

Bravo ! Rendez-vous dans ta boite email avec quelques surprises...