Tu as de mal à te lever le matin, tu satures, tu penses que ce que tu fais manque de sens… ?
« À quoi je sers ? », « qu’est-ce que je fais là ? », toi aussi et t’es déjà posé ces questions ?
Pas de panique Josette, tu n’es pas seule. On est encore trop nombreux en France à s’ennuyer dans sa vie pro/perso.

En ces temps un peu tristounes et contraints, j’avais envie de te parler de Brown-out, parce que la crise sanitaire et ses effets collatéraux nourrit la glace de cette forme d’ennui très profond. Le « Burn out », tu as dû en entendre parler, est sous le signe de l’excès de travail jusqu’à l’épuisement. Le « Brown-out » est presque plus insidieux, il signe un manque d’intérêt et de sens au boulot / dans sa vie.

J’avais surtout envie de te parler de solutions !
Alors quelle est la recette pour trouver du plaisir ? Quelles sont les astuces de naturopathe pour garder la banane au boulot et dans sa vie perso ? C’est parti pour quelques conseils.

3615 ma life

Naturo, bureau, yoga ?

Naturo, bureau, yoga ?

L’idée de ce billet sur le Brown-out m’est venue hier. Je ne sais pas si tu télétravailles ces derniers temps, mais tu risques de te reconnaitre dans cette situation. Un lundi donc comme tous les autres depuis déjà trop longtemps : 3 cours de sport / yoga en VISIO le matin, trois réunions marketing en VISIO l’après-midi, en plus du temps d’écrans incompressibles… Et les écrans à la longue, c’est d’un ennui. « Et c’est pas pour ça que j’avais signé moi » !

Tu le sais peut-être mais je suis ce qu’on appelle une « slasheuse », c’est-à-dire que j’ai 3 métiers, et que j’ai la chance de mener ensemble : naturopathe, prof de yoga et consultante en marketing et digital. La journée je suis « au bureau », le soir en cours de yoga et sur la fin de semaine au cabinet de naturopathie… C’est bien cet équilibre entre ces différentes activités qui me donne motivation et énergie pour nourrir mes journées. Je t’en parlais ici : « Indépendance, mon amour ! Retour sur ma vie de slasheuse. »
Pourquoi je te raconte tout ça ?

Parce qu’avant de devenir indépendante, j’ai passé 20 ans en entreprise et que cette quête de sens m’a toujours été viscérale. Cela a été un moteur dans mes choix d’entreprises et c’est devenu un vrai choix de vie, à mesure que le yoga et la naturopathie ont pris plus de place dans ma vie.
Je t’en parlais ici : « Nouvelle vie. Le jour où tout a basculé ».

Le Brown-out

Et si le lundi pouvait être une belle journée : contents d’aller au boulot, le cœur léger, la tête en accord avec le corps, bien alignés dans notre vie et le sourire aux lèvres ? Ce n’est pas ton cas ? Creusons un peu :  ce n’est pas toujours le cas ou ce n’est jamais le cas ? A ta décharge, aujourd’hui, le stress est devenu une telle monnaie courante qu’on ne se pose même plus cette question, comme si c’était normal de morfler. On laisse le bateau dériver en fermant les yeux par manque de courage ou d’audace, et on se réveille un matin, à côté de sa vie.

« Le travail c’est bien une maladie, puisqu’il y a une médecine du travail ! » disait Coluche.

L’épuisement psychologique s’est petit à petit fait une place dans le monde du travail, mais pas seulement. Il a pris de la place dans tous les pans de nos vies : que l’on soit mère au foyer, cadre en entreprise, ados derrière son écran en temps de confinement, ou prof de yoga sans ses élèves…

Le Brown-out, on peut le décrire de plusieurs façons :

  • Une profonde insatisfaction de ce qu’on entreprend / doit faire / a choisi de faire
  • Un ennui profond dans ses tâches quotidiennes alors que même on pourrait être débordés
  • Un manque de sens dans sa vie perso / pro.

Respiiiire

Du Burn-out (explosion par trop plein), Burn in (implosion par trop plein), Bore-out (déprime par trop peu), arrive dans cette même famille le Brown-out (littéralement « baisse de courant », manque de sens). C’est quand ce que tu fais dans ta vie n’est pas en accord ton moi profond. C’est quand ce que tu fais te semble vide, sans utilité (tâches inutiles voire contre-productives), quand ce qu’on te demande de faire te semble absurde, quand tu n’en retires aucune forme de satisfaction.

Charlotte t’en parlais ici : « Sortir de l’épuisement : mon expérience » et même là : « Prendre la mesure de sa vie« .

Je ne sais pas comment pour certains, on en est arrivés à une forme de saturation globale, mais on pourrait tomber dedans, à moins de… Prendre soin de soi.

La quête de sens

Ben oui, c’est mon moteur. Prof de yoga, naturopathe, tu as bien compris ce qui me motive… Et même sur la partie consulting, je choisis mes clients : bien-être, français, porteurs de sens dans notre société. Et je ne suis pas seule, c’est une lame de fond de notre société : les collaborateurs cherchent un sens à leur travail. 70% des 18-30 ans qui recherchent un emploi l’ont même placé en première position dans les critères de choix, devant le salaire (selon une enquête OpinionWay et 20 minutes pour l’UDES).

C’est très important de donner du sens à sa vie, et je pense que cela s’est imposé de plus en plus depuis le début de cette crise sanitaire.

Parce qu’au-delà des alertes, on se rend compte concrètement des effets de nos modes de vie sur notre écosystème : « 16 dirigeants d’organismes de recherche français, membres de l’Alliance nationale de recherche pour l’environnement, alertent sur la crise écologique que révèle l’épidémie de Covid-19. Ils rappellent le rôle de l’Homme dans la dégradation de l’environnement et mettent en exergue le lien entre pandémie et dégradation des écosystèmes. En effet, toutes les santés sont liées, rappellent les scientifiques, santé des écosystèmes, incluant santé des végétaux, des animaux et des humains. »

Parce que dans ce nouveau quotidien contraint, sans défouloir ni échappatoire, la limitation de nos loisirs et possibilités agit comme un accélérateur. On se rend compte des réunions qui ne servent à rien, de l’impact du sport sur notre santé, des effets méconnus sur la santé mentale de la pause-café avec ses collègues, et du sens que donne toutes ces interactions humaines dans nos vies.

Les solutions naturopathiques pour dire STOP au Brown-out

Parlons solutions. C’est crucial de donner de donner du sens à ses journées, en tous cas pour moi cela agit comme une boussole. Les actions peuvent être anodines (appeler une amie), ou la quête pourra être un sujet de fond (change de vie). L’idée est de comprendre à quel point le Brown-out te touche.

On peut déjà commencer par prendre du recul et prendre soin de soi :
(conseils donnés du plus facile / direct au plus global)

L’appel à un ami

happy fit content forme naturopathie naturopathe

Danse de la joie

Vécu ce matin (merci Charlotte), on met en pause le flot des actions de la journée.
On prend 15-20 minutes pour se raconter nos vies, prendre une bouffée de good vibes.
Ça marche aussi en croisant une copine dans la rue même si on n’a pas le temps, avec ses collègues préférés à la machine a café.

Faire un truc pas prévu qui nous fait du bien là maintenant

Tu vois là, je suis en train de t’écrire.
Je devrais pourtant boucler ma compta, checker une campagne, préparer mes cours.
Mais je suis là, et c’est fluide sur mon clavier.
Superbanane, cela a toujours été une récréation pour Charlotte et moi. Un truc qui permet de prendre du plaisir et de donner du sens à nos journées.
Prendre ce temps ici à mettre du sens dans ma vie et je l’espère dans la tienne, c’est en gagner sur la suite de la journée.
On est plus efficaces, on est plus affûtés. On se sent à sa place.

Le coup de pouce venu des plantes

Parfois on a besoin d’un déclencheur. Un petite cure de plantes s’impose.
L’ashwagandha (Withania somnifera) est une plante adaptogène, c’est-à-dire qu’elle va combler tes besoins au moment où tu en as besoin, elle va s’adapter à toi, et à ce que tu vis.
Elle va te donner ce petit coup de peps nécessaire pour faire bouger les lignes, te donner de l’allant.
L’ashwaganda agit aussi sur l’équilibre émotionnel et calme les troubles du sommeil.
Je te conseille ce produit : Ashwagandha BIO du laboratoire NUTRIXEAL.

1 an d’alimentation vivante

Du cru, du beau, du bio, du bon !

Une alimentation 100% bonnes ondes

Le « mauvais carburant » (graisses animales, sucres raffinés, préparations industrielles…) va te miner le moral, griser ton teint, et surtout te fatiguer.
Le « bon carburant » au contraire va te donner de l’énergie et un bon moral pour agir positivement dans ta vie : du cru (billet), du bio, qui fait la part belle aux légumes, aux fruits, oléagineux, graines, légumineuses, poissons gras et bonnes huiles (colza, noix, lin…).

Agir sur les conditions de travail

Il y a le travail et le cadre pour exercer son travail. Et là, on va tous être un différents au niveau de nos attente et besoins.
En ce moment, ce sont les conditions de travail (100% en visio ou presque) qui me pèsent. Bon, normalement c’est temporaire.
Mais pour d’autres, ces mêmes conditions peuvent être positives : en passant par celui qui en profite pour télétravailler en mode longue durée direct des Antilles, par celui qui trouve plus d’équilibre perso-pro à bosser de son salon, par une autre qui ne supportait plus l’open space et les manies de certains de ses collègues…
Chacun peut agir directement sur son cadre de travail : investir dans une bonne chaise et un clavier sans fil, en parler au médecin du travail pour trouver ses solutions, en parler avec son chef ou ses collègues pour aménager le temps, la quantité de boulot, l’espace, et à défaut de solutions, être en veille sur le marché de l’emploi…

Penser à toi d’abord

Meilleure version de toit même superpouvoirs yoga naturopathie

You’re the one

Bon ce conseil me concerne particulièrement, et cela fait un moment que j’y travaille. C’est la clé, commencer par soi.
C’est décrit d’ailleurs dans les textes anciens du yoga (pour moi la méthode de développement personnel la plus ancienne et éprouvée qui existe) au travers des règles d’éthiques et de discipline personnelle appelées Niyama : Saucha – pureté, Santosha – contentement, Tapas – discipline, Svadhyaya – étude du Soi, Ishwarapranidhana – abandon à ce qui est supérieur.
L’idée c’est de commencer par soi, dans l’écoute, dans le soin, dans la vérité, dans l’énergie, et de kiffer ces moments pour soi.
Concrètement, on commence la journée par prendre soin de soi : faire des respirations ou de la cohérence cardiaque pour commencer la journée différemment, faire une pause yoga pour rétablir l’équilibre, faire une petite marche au soleil après avoir déposé les enfants… Les solutions sont multiples, même si parfois, le « prix » du bonheur est de mettre son réveil 30 minutes plus tôt. Et on en sera que plus disponibles par la suite.

Booker des activités kiffantes dans l’agenda, et ne pas y déroger

Si ton quotidien en mode tunnel sous la manche ne te fait pas kiffer, pose-toi la question de ce qui te met en joie. Et pose le dans ton planning.
Parce que sans lui, le reste qui n’a pas toujours de sens ne tiendra pas.
Evidemment en temps que naturo, je te conseille de faire du sport pour activer la dopamine et la pompe à énergie, je t’en parlais ici (je t’en parlais ici : « Quand le sport dope ton mental (et bien plus)« ).
Mais tout ce qui te fait du bien est valable : ostéo, soin Shiatsu, cours de yoga, activité artistique, vélo, apéro…

Vaincre la routine

Pour certains, la routine a quelque chose de confortable, notamment dans des périodes de forte production !
Mais l’ennui peut aussi avoir comme source la surcharge de travail chronique.
On peut en parler au boulot avec ses collègues et son chef, on peut aussi varier les plaisirs : se faire livrer un bon petit plat, faire une pause déjeuner en dehors de son lieu de travail en marchant, changer de moyen de transport, proposer de nouveaux projets sympas, déléguer…

Penser positif !

Bloom !

On ne commence pas un marathon en s’imaginant qu’on ne va pas le finir.
Et oui Lorie avait raison, la « positive attitude », cela marche.
On fait comme les athlètes de haut niveau, on se conditionne positivement, on se programme au changement, on envoie des intentions positives pour soi et pour le monde.
Avec un peu de discipline et sans mettre d’attente, cela nous revient forcément si on est au bon endroit.
Faire du mieux que l’on peut, y travailler fermement et avec humilité, et tout arrive. Promis.

Contribuer au monde

Peut-être que tu pourras faire bouger les lignes dans ta boite, dans ta vie, et trouver de nouvelles ressources ou projets pour agir et exister positivement dans ce monde.
Peut-être que la boite dans laquelle tu es (ou son secteur d’activité) ne te conviennent plus, peut-être même que c’est ton métier qui ne va plus et que tu veux te reconvertir.
Peut-être que les sources de perte de sens sont ailleurs. Fais-toi accompagner pour comprendre où est cette perte de sens et d’envie.
Et essaie de comprendre quelles sont tes motivations profondes.
Trouve ton envie d’avoir envie (merci Johnny), je t’en parlais ici : « Trouve ton envie d’avoir envie (Ikigai)« .
Et comment tu peux les faire vivre dans tes journées : actions locales et solidaires, transformer la société à ton échelle, mettre plus de lien et de valeurs dans ton job, exprimer ta voie et tes passions, ce en quoi tu crois…
Mettre du sens, de la vie et vibrer.

superbanane yoga naturopathie cuisine végétale Andréa Budillon

LA SUPERBANANE DANS TA BOITE EMAIL !

Tout est dans le nom ! Notre kiff à Superbanane, c’est de te coller la banane (un jour on fera de la politique et on sera superbonnes en slogans). On sait que ta vie va globalement trop vite alors welcome on board, l’important c’est de PROFITER DU VOYAGE.

Si tu t’abonnes à notre newsletter, c’est ce que tu trouveras une fois pas mois (en gros) dans ta boite email. Et puis, on te donnera les dates des cours et des ateliers où tu pourras nous retrouver IRL (truc de dingue).

Ton adresse email :

 

Découvre nos prochaines dates