Ouf la rentrée est passée. Le temps -oui oui encore- des bonnes résolutions sportives. Alors on voit fleurir partout des invitations à la motivation. Comme si la motivation s’avalait en pilule (tiens, c’est la rentrée, je ferais bien une monodiète de motivation moi..). Et tout cela ne me semble pas très cohérent. Voici pourquoi…

Dans la première équipe des injonctions, on a :

  • « No pain, no gain »
  • « Entre toi et ce corps canon, le seul obstacle c’est toi »
  • « On lâche rien »
  • « Pas d’excuses »

Dans la deuxième équipe des injonctions on a :

  • « L’asana le plus difficile, c’est le lâcher-prise »
  • « Ton corps est ton temple »
  • « Accepte-toi comme tu es »
  • et toute la famille de la body positivity.

Bon pas besoin de vous faire un dessin, voici un exemple type d’injonctions contradictoires. D’un côté, le mental d’acier. De l’autre l’acceptation.

L’effet que ça me fait (et pourtant j’ai un mental d’acier), c’est que d’un côté, on déclare la guerre à son corps, qui devra se plier coûte que coûte au mental. De l’autre, on décide de faire la paix et de lui faire confiance, quitte à faire taire un peu le mental.

miss france paix développement personnel lâcher priseEvidemment, je suis davantage séduite par la paix que par la guerre #teammissfrance. Je pense qu’on a davantage à gagner à faire confiance à l’intelligence de son corps, à la logique de vie qui guide le fonctionnement de notre corps (même si on a les hanches un peu plus rondes qu’on aimerait parfois). On a davantage à gagner en termes de santé évidemment mais aussi de joie tout simplement. Et que peut-être on aura du temps, de l’attention et de l’énergie à consacrer à autre chose qu’à ses tablettes de chocolat : au choix, l’amour de ses proches, la paix dans le monde… Le monde a tout à gagner à ce qu’on « lâche » justement. A ce qu’on laisse faire. Nos corps. Nos enfants. Notre curiosité. La nature. Pitié, lâchez.

Est-ce que c’est facile ? Bien sûr que non.

Contre toute attente, le lâcher-prise est une discipline ingrate qui demande beaucoup d’entraînement.

J’ai beaucoup gagné. Je me donnerais maintenant une note d’1,5 sur 10 😊. D’abord, il faut faire taire son égo. Ce vilain qui nous chuchote à l’oreille qu’on devrait pas se laisser marcher sur les pieds par la gardienne et qu’elle mérite bien qu’on lui rentre dedans un de ces jours. Parfois il nous raconte aussi des histoires qui ne sont pas les nôtres comme le bonheur absolu qui nous envahira quand on aura 2 kg de moins (sérieux ?!) ou des jambes qu’on pourra mettre sur cette divine paire de talons (avec lesquel ils est impossible de marcher héhé). Il nous raconte qu’on mérite, qu’on doit, qu’il faut, sinon…

Mais sinon quoi ?

La question qui renverse toute la perspective, c’est bien celle-là. Mais sinon quoi ?

Il est très probable que dans les 2 secondes, votre égo ait pris les commandes et vous ait déjà raconté le pire scénario catastrophe possible. « Si je ne dis rien à la gardienne, elle va m’humilier devant les voisins, qui me traiteront comme une merde. Je vais me sentir une victime et ça va se voir au boulot. C’est comme cette fois en réunion où j’étais la seule à être terrorisée quand il fallait parler. Je vais finir par perdre mon job. De toute manière, je suis nulle ».  Exagération, auto-flagellation, dévalorisation.

Et si on arrêtait de croire cette petite voix de menteur intérieur ?

Et si on expérimentait par soi-même ce qui se passe quand on lâche-prise ?

Sur des petites choses d’abord. Puis sur des plus grandes.

Si je ne réponds pas aux insultes du chauffeur dans les bouchons…

Si je laisse mon enfant faire un gâteau tout seul (oui, oui même le four)…

Si je mange ce que mon corps réclame pendant une semaine…

Si je m’accorde du repos quand je suis fatigué…

Si je fais la fête quand j’en ai envie…

Si je pleure en public…

Que se passe-t-il ?

Que se passe-t-il si je lâche prise ?

lâcher prise naturopathie développement personnel Le plus souvent, rien.

Vraiment rien. Rien de grave. Rien de négatif. Seulement une douce sensation de paix (ah oui, en fait on a la droit ?).

Alors à quoi ça sert ? Et bien justement à avoir confiance. A réaliser que rien ni personne ne nous veut du mal. A prendre la mesure que l’acceptation libère de suppositions stériles.

Que rien de grave n’arrive quand on s’écoute.

A la fin, peut-être même parfois, si l’égo se tait, on peut entendre une autre voix à l’intérieure. Celle de l’intuition. Au début, on a un peu de mal à la différencier de l’égo. Elle fait même un peu peur. Et puis peu à peu, on se rend compte qu’elle est moins bavarde mais plus assurée. Elle sait. Et elle nous guide avec bienveillance. Elle n’a rien à gagner (à la différence de cet égo qui a besoin d’exister).

Et l’intuition, c’est un vrai cadeau.

Bref, si on revient à nos moutons, alors que vous venez de recevoir beaucoup de signaux autour du dépassement de soi, de la performance et de toutes les obligations que la société aimerait nous mettre sur le dos, je vous invite à faire l’expérience de lâcher. De ne pas vous battre. D’aller dans le sens de la rivière. Que ce soit pour votre corps, pour votre tête, pour vous ou pour vos proches ou même, soyons fous, pour l’état du monde, pitié, lâchez.

On est plus heureux légers.

superbanane yoga naturopathie cuisine végétale Andréa Budillon

LA SUPERBANANE DANS TA BOITE EMAIL !

Tout est dans le nom ! Notre kiff à Superbanane, c’est de te coller la banane (un jour on fera de la politique et on sera superbonnes en slogans). On sait que ta vie va globalement trop vite et qu’il faut être un peu partout alors welcome on board, l’important c’est de PROFITER DU VOYAGE. Alors on se fait du bien au corps et à la tête mais surtout dans la bonne humeur.

Si tu t’abonnes à notre newsletter, c’est ce que tu retrouveras une fois pas mois (en gros) dans ta boite email. Et puis, on te donnera les dates des cours et des ateliers où tu pourras nous retrouver IRL (truc de dingue).

Ton adresse email :