// Nous avons la joie de recevoir ici sur le blog Cédric (Lebigre) (à droite sur la photo). En plus de « Superbananer » avec nous (voir ici le collectif Superbanane), il est thérapeute en hypnose | PNL | sophrologie. Il vous livre de quoi démystifier la confiance en soi. Vaste sujet. //

Dans mon cabinet, je reçois de nombreuses personnes qui viennent avec la phrase suivante : « en réalité le problème c’est que j’ai pas confiance en moi ». Il se trouve que le manque de confiance en soi est l’une des problématiques les plus répandues en séances d’hypnose et PNL (aka programmation neuro-linguistique : si tu connais pas, j’en parle vite fait ici, et crois moi ceux qui ont testé connaissent son efficacité…), donc rassure-toi, tu n’es pas le(la) seul(e) à te poser la question, c’est déjà une bonne nouvelle, non ?

Alors, qu’est-ce qui fait que ce sujet semble être l’un des maux les plus répandus dans notre société actuelle et surtout comment faire pour se défaire de ce truc qui peut parfois pourrir la vie ?

Attention spoiler : ce n’est pas une fatalité.
*debunk veut dire démystifier, mot que j’adore mais très long pour un titre.

# Contexte et Confusion

L’impression du manque de confiance est souvent multi-factorielle : l’histoire de vie, les expériences auxquelles nous avons été confrontées, l’éducation, sont autant de facteurs possibles pouvant expliquer le manque de confiance. En effet si quand t’avais 8 ans, on t’a demandé d’aller au tableau, sur l’estrade, pour faire un exercice bien pénible et que toute la classe s’est moquée de toi à ce moment là, il n’est pas impossible que ton inconscient – dans le but de te protéger à l’avenir – se soit dit « oooook alors parler en public – plus jamais. Check. ». Idem si tu t’es fait(e) larguer sans que tu ne comprennes ce qui se passait, ça a peut-être laissé des traces.

Concernant l’éducation, cela peut provenir du fait que dans notre culture, il y a régulièrement une confusion entre confiance en soi et arrogance (ou manque d’humilité), et du coup dans certaines familles, il n’est pas bien vu d’avoir « trop confiance en soi », ce qui soyons clairs ne peut jamais arriver. En réalité, quelqu’un d’arrogant n’a pas confiance en lui, c’est souvent un masque affiché pour détourner l’attention et faire croire que tout va bien, processus pas toujours conscient d’ailleurs. Cette confusion est parfois à l’origine du problème, car en l’absence de modèles inspirants, il peut être difficile de trouver sa voie et son propre style (prononce « stayle » si tu préfères).

Ce sentiment que « les autres ont quelque chose que moi je n’ai pas » n’est pas propre à notre époque, notre cerveau étant ultra balèze pour voir ce qui nous manque, ce qui fut indispensable à la survie de l’espèce humaine. En revanche, il est vrai que notre monde hyper connecté et focalisé sur l’apparence ne nous aide pas vraiment, c’est le moins que l’on puisse dire. Aujourd’hui, nous sommes sur-sollicités d’images, bombardées de stéréotypes en tout genre, surstimulés en permanence. La comparaison est toujours à portée de clics, et même que parfois tu la prends dans la figure sans avoir rien demandé. #astuce: quand on a tendance à se comparer aux autres, il peut être intéressant de se demander ce qui est utile la dedans ; parfois regarder ce que l’autre fait de mieux peut permettre de s’améliorer, mais parfois c’est peut-être juste superflu…

# C’est quoi la confiance en soi ?

Ben ouais c’est vrai ça, on parle d’un concept mais on n’a pas vraiment défini ce que c’était. Ben en fait c’est différent pour tout le monde, c’est ça le truc. En PNL, on prend d’ailleurs le temps de définir ce que la personne entend par les termes qu’elle emploie, histoire de parler le même langage. C’est plus facile de trouver quelque chose quand on sait ce qu’on cherche n’est-ce pas ? Avoir l’impression de manquer de confiance peut être un vrai frein à l’épanouissement, car on peut alors se sentir incapable de réaliser ses projets, de concrétiser ses envies… Si cet état perdure cela peut même aller jusqu’à s’interdire d’avoir des envies, et là en général c’est pas top.

Dans ce domaine il y a des questions qui sont aidantes – et d’autres qui le sont moins ; les questions aidantes sont souvent celles qui constituent le point de départ d’une séance de PNL. Se les poser permet de poser les choses et de commencer à faire bouger les structures mises en place par notre inconscient chéri.

En voici quelques exemples :

  • Examiner des situations précises :
    Quand est-ce que ces derniers temps j’ai eu l’impression de manquer de confiance ?
    Comment j’ai su que je manquais de confiance ?
    Qu’est-ce que ça m’a empêché de faire ?
    L’idée est de comprendre soi-même ce que l’on entend par le concept de confiance en soi.
  • Evaluer l’écologie du changement :
    En hypnose et en PNL on part du principe que quand notre inconscient met en place quelque chose, c’est pour notre bien (si – si !). On peut alors se poser deux questions qui permettent de toucher du doigt cette intention positive.
    Qu’est-ce que ça m’a permis jusque là – de manquer de confiance ? (non non il n’y a pas d’erreur dans la formulation)
    Quel serait le risque de résoudre ce problème ?
    La première réponse est souvent « rien » alors on fait un petit effort et on trouve une ou deux choses quand même, c’est comme ça qu’on avance.
  • Trouver ses critères personnels :
    Comment je sais que je peux avoir confiance en quelqu’un d’autre ?
    Eh oui au final, la confiance en moi, c’est la confiance en l’autre appliquée à moi… Pour exemple, durant une séance, une personne m’a cité trois critères (après une longue conversation, ce n’est pas sorti du chapeau comme ça rassure toi) : j’ai confiance en quelqu’un quand cette personne ne m’a pas fait de mal, que c’est quelqu’un de stable émotionnellement (dans le positif), et que je peux compter sur elle. On a ensuite appliqué ces critères à elle-même pour qu’elle puisse comprendre les domaines où elle pouvait progresser.
    En bref, comment je saurai que j’ai confiance en moi ?
  • Se motiver :
    Toujours donner envie à son cerveau de changer, ça marche mieux. Pour cela, on peut se demander :
    Qu’est-ce que cela va me donner d’avoir plus confiance ?
    Qu’est-ce que je vais faire avec ça ?

# 6 Pistes et demi pour avancer

Bon c’est ton anniversaire cette année alors en guise de cadeau voici quelques pistes que tu peux explorer pour défaire ce nœud qui empêche ton cerveau de respirer complètement.

  1. Répondre aux questions du dessus.
    Non c’est pas de l’arnaque – j’ai compté un demi point mais ce truc en vaut au moins un complet. Pour les utiliser tous les jours je peux attester que la plupart de ces questions – quand on se les pose et qu’on y répond – permettent parfois de résoudre le problème. Teste, tu verras.
  2. Je sais déjà faire en fait.
    Quand on manque de confiance, on a souvent l’impression que c’est partout, tout le temps. En étant plus objectif, on constate qu’il y a des domaines où l’on a déjà confiance, et où en fait on ne se pose même pas la question. L’éducation de ses enfants, certains projets au travail, la pratique d’un instrument, d’un sport, ou toute autre chose. L’idée ici est de trouver un domaine dans lequel on a déjà confiance et de comprendre comment on s’y prend pour ressentir cela : posture, voix, sensations à l’intérieur, on prend tout ça pour pouvoir le reproduire au moins mentalement dans le domaine qui nous intéresse.
  3. Trouver des modèles.
    C’est pareil qu’au dessus mais avec quelqu’un d’autre. Je prends quelqu’un qui sait faire ce que j’aimerais apprendre à faire et je regarde comment il fait pour le faire. Comment je sais qu’il ou elle a confiance ? Posture, voix, etc, tu connais la chanson. Ensuite tu appliques ces critères pour toi-même en adaptant à ta personnalité.
  4. Utiliser des visualisations.
    Imaginer des éléments particuliers peut aider à multiplier le sentiment de confiance dans une situation donnée, voire le créer : imaginer que l’on est escorté de deux magnifiques tigres blancs ou d’un énorme gorille bienveillant, imaginer ses interlocuteurs minuscules, se sentir comme un arbre gigantesque au milieu de la forêt sont autant d’exemples qui peuvent fonctionner. A toi de trouver les visualisations qui marchent le mieux ; si tu connais l’auto-hypnose, tu peux l’utiliser pour renforcer l’effet de l’imagerie choisie.
  5. La phrase « mantra » qui booste.
    Il y a des phrases qui aident et se les répéter peut vraiment changer la donne. Allez je te donne des exemples mais si tu trouves les tiennes, c’est encore mieux. « De toute façon personne n’a confiance, on est tous pareil, alors je m’en fous ! », « j’en ai rien à faire, je le fais quoi qu’il arrive ! » « franchement je risque quoi à me lancer ? », « ils vont voir qui c’est le boss ! », « il n’y a que moi pour être moi », « je suis le gagnant d’une course à 250 millions de participants – ma conception », etc etc.
  6. Faire semblant.
    Ah oui ça parait trivial comme technique mais ça fonctionne terriblement bien. Au départ, fais « comme si » tu avais confiance (le « comme si » est une puissante technique de PNL) : après quelques répétitions avec succès, il arrivera un point où tu te rends compte que tu fais semblant de ne plus faire semblant et là, bingo, t’auras gagné… En plus tu as déjà les techniques vues au dessus au cas où.
  7. Action – Action – Action.
    Il n’y a pas de secret, la confiance en soi se construit dans l’action, dans le fait de se donner une parole et de la respecter en se mettant en mouvement. L’idée est donc de se fixer des objectifs, réalistes et raisonnables, et de mettre en place ce qu’il faut pour les atteindre. Cela va contribuer à faire grandir la confiance et la considération que l’on ressent pour soi ; on commence petit et on augmente progressivement notre niveau d’ambition. Le chemin se trace en l’empruntant quoi.

Voilà, j’espère que ces quelques mots vous donneront quelques pistes utiles dans votre chemin d’évolution et que vous prendrez plaisir à expérimenter deux trois trucs présentés ici.
Du love, toujours.

Cédric pour Superbanane
Hypnose | PNL | Sophrologie

superbanane yoga naturopathie cuisine végétale Andréa Budillon

LA SUPERBANANE DANS TA BOITE EMAIL !

Tout est dans le nom ! Notre kiff à Superbanane, c’est de te coller la banane (un jour on fera de la politique et on sera superbonnes en slogans). On sait que ta vie va globalement trop vite et qu’il faut être un peu partout alors welcome on board, l’important c’est de PROFITER DU VOYAGE. Alors on se fait du bien au corps et à la tête mais surtout dans la bonne humeur.

Si tu t’abonnes à notre newsletter, c’est ce que tu retrouveras une fois pas mois (en gros) dans ta boite email. Et puis, on te donnera les dates des cours et des ateliers où tu pourras nous retrouver IRL (truc de dingue).

Ton adresse email :