1 an d’alimentation vivante Il y a un an tout pile, je me lançais dans la belle aventure de l’alimentation vivante. Je m’inscrivais à ma formation de crusine, sans trop savoir où je mettais les pieds. Un an après, il en reste quoi ? Je suis tentée de dire qu’il y a pour moi un avant et un après. Energie, faim, courses, instinct, tout a changé. Voilà comment…

# Comment c’était avant ?

Avant, je faisais déjà attention à ce que je mangeais. Grosso modo, on était sur une alimentation végétarienne bio et de saison depuis déjà un moment. Et je faisais vaguement attention à mettre un plat cru à chaque repas (souvent une salade composée assez simple – si vous en êtes là, c’est DÉJÀ SUPER). Mais j’avais un peu tout le temps faim. Vous savez, la fille qui a toujours dans son sac un truc à grignoter, c’était moi. Bon je grignotais des noix ou des fruits secs mais j’avais tout le temps faim. Et j’étais souvent fatiguée et un peu assommée à 15h. C’est pour cette histoire de fatigue permanente que j’ai eu envie d’essayer l’alimentation vivante, cette alimentation végétale crue super riche en vitamines et sels minéraux (lis aussi « Pourquoi il faut manger plus de cru ?« ).

# Verdict : J’ADORE !

C’est quand même l’effet le plus sympa de ce truc. Manger comme ça au quotidien, ça me met en joie. Je trouve ça bon, coloré, frais, léger à digérer. Je kiffe à fond, ce qui me donne envie de continuer. Bon je ne mange pas exclusivement comme ça et je ne pense pas forcément le faire dans l’immédiat. Le cap que je me donne, c’est de manger au moins 50 % d’alimentation vivante. Et le reste, c’est comme je peux. En été, c’est facile d’être à 80 ou même 100 %. En ce moment, c’est entre 50 et 75 % et c’est très bien comme ça. Et quand je sors ou que je vais chez des amis, je mange avec joie ce qu’il y a, en privilégiant les options végétales. Du coup, ce n’est pas dur du tout d’avoir une vie sociale. Bon, j’ai quand même un peu d’énervement contre les restaurateurs qui ne savent globalement pas souvent faire une bonne salade ou qui ne respectent pas les légumes. Mais en vrai, c’est beaucoup plus simple que je pensais à gérer, tout en souplesse.

# Bye bye fatigue !

Je suis plutôt une force tranquille. Pas du genre à exploser d’énergie mais j’aime pouvoir faire plein de trucs dans la vie et une belle grosse phase d’épuisement m’en a empêchée ces dernières années. Depuis un an, j’ai retrouvé mon énergie (aidée par de la L-Tyrosine qui change ma vie). Le truc que je constate, c’est surtout une sacrée endurance. Je peux faire plusieurs journées de dingue à la suite. Et en fait ça va. Je tiens, je profite et je ne pense pas en permanence à me vautrer sur un canapé.

Mes nuits sont plus courtes aussi. C’est assez rigolo mais quand on mange cru on dort moins, les témoignages concordent. En revanche, le soir, j’ai nettement sommeil et je m’endors vite. Ce qui est assez sympa. Comme si mon corps retrouvait son rythme naturel.

Et sinon, je ne suis jamais malade. Pas de rhume. Pas de gastro. Je pose ça là, vous en faites ce que vous voulez.

# La fin des fringales

1 an d’alimentation vivante

Assez vite, les espèces de fringales de folie qui me terrassaient (j’ai faim et je peux plus réfléchir) se sont arrêtées. En revanche, j’avais encore très très faim à chaque repas. Et puis récemment (au bout d’un an quand même), je me suis rendu compte que parfois, j’avais moins faim même à l’heure du repas. Je sais pas si vous mesurez l’exploit mais c’est un truc qui ne m’est jamais arrivé de toute ma vie !!!! L’explication probable c’est qu’on supprime le sucre et qu’on réduit beaucoup les céréales, donc il y a beaucoup moins de pics dé glycémie (le sucre dans le sang) qui se terminent en crises d’hypoglycémie. Et peut-être aussi que le corps est rassuré de savoir qu’il y a un apport suffisant en micro-nutriments (vitamines et sels minéraux) pour qu’il ne soit pas obligé de déclencher des sirènes d’urgence tous les jours. Du coup, choisir une belle salade au repas n’est pas forcément un effort (bon je mange encore une pizza de temps en temps hein et les pâtes restent un incontournable dans ma vie).

# Les petits déj de folie

Il y a environ 2 ans, je me suis mise à manger des fruits et de noix le matin. C’était pas mal, mais certains jours j’avais quand même super faim le matin et parfois, je regardais les tartines avec envie.

Et puis on a découvert le Miam-o-fruits de France Guillain au début de l’été. C’est une recette précise mais pour vous donner une idée, on écrase de la banane avec de l’huile de colza et du citron et on ajoute plein de fruits et de noix. Non seulement c’est délicieux parce qu’on a plein de textures différentes mais ça tient au corps. Il faut trouver la quantité qui nous convient mais vraiment je recommande. Je vous ferai un article sur le sujet parce que ça en vaut vraiment la peine dans la catégorie « je change un seul truc dans mon quotidien mais ça a un effet de dingue ».

J’adorerais être capable de jeûner le matin pour que mon corps se repose de temps en temps, mais aujourd’hui je trouve ça trop dur. J’adore ce repas, je me réveille affamée. Bref, on verra plus tard pour le jeûne. Aujourd’hui le Miam est vraiment un truc qui me fait plaisir et qui me fait du bien. J’ai au passage redécouvert plein de fruits comme le kaki, la poire que je ne mangeais pas souvent, l’incroyable fruit de la passion…. Encore une fois, c’est hyper joyeux l’alimentation vivante.

1 an d’alimentation vivante# Le retour de l’instinct

Si je te demande s’il vaut mieux manger une salade ou un burger/frites, tu vas me répondre que tu sais exactement ce qu’il faudrait manger. Mais bon, tu as parfois vraiment envie d’un burger. Je sais…

Eh ben au bout d’un an d’alimentation vivante, mes instincts heureux reviennent. Genre, tu vas spontanément préférer la salade. Pas parce qu’il faudrait. Mais parce que tu en as envie. Idem pour le café qui ne te fait pas toujours envie et même le thé. Aujourd’hui, je SENS que le thé me déshydrate et je préfère les tisanes. Mais pas avec la tête, c’est mon corps qui réclame. Un peu comme si tu avais un guide intérieur très sûr. Du coup, tu te poses pas mille questions sur ce que tu dois manger. Tu t’écoutes. Là, après les fêtes, la détox se fait toute seule et sans effort. J’ai envie de fruits, de salades et de soupes crues.

Alors c’est pas tout le temps, mais c’est suffisamment bluffant pour donner une grande confiance dans ce type d’alimentation et donner très très envie de continuer. Mais pour s’y mettre, il faut quelques clés. Je remercie Cilou de Crusine Académie de m’avoir mis le pied à l’étrier. Et c’est ça que j’ai envie de partager avec vous dans mes ateliers de cuisine végétale. Parce qu’être en forme et joyeux presque tous les jours, c’est quand même un sacré cadeau. Et vu les défis qui nous attendent dans les prochaines années, je pense qu’on va avoir besoin de beaucoup de joie et d’énergie pour ne pas sombrer dans le chaos.

Prenez soin de vous les amis, personne ne le fera à votre place.
Et vive l’alimentation vivante !

superbanane yoga naturopathie cuisine végétale Andréa Budillon

LA SUPERBANANE DANS TA BOITE EMAIL !

Tout est dans le nom ! Notre kiff à Superbanane, c’est de te coller la banane (un jour on fera de la politique et on sera superbonnes en slogans). On sait que ta vie va globalement trop vite et qu’il faut être un peu partout alors welcome on board, l’important c’est de PROFITER DU VOYAGE. Alors on se fait du bien au corps et à la tête mais surtout dans la bonne humeur.

Si tu t’abonnes à notre newsletter, c’est ce que tu retrouveras une fois pas mois (en gros) dans ta boite email. Et puis, on te donnera les dates des cours et des ateliers où tu pourras nous retrouver IRL (truc de dingue).

Ton adresse email :